Aptitudes

Thèmes
Description
Bien sûr, les trains sont la représentation du chemin de fer : locomotive vapeur, automotrice Z1501, voitures de trains de banlieue État type Est à deux étages, autorail État XB4000 tout juste sorti d’usine. Tous ces trains qui se croisent, vont et viennent dans une grande gare sont le symbole du savoir-faire de la SNCF. Mais la SNCF ce sont aussi des agents au service des voyageurs avec, en premier lieu, les gares qui nécessitent de la part du personnel qui y travaille des compétences certaines pour renseigner efficacement les voyageurs, leur délivrer rapidement les billets demandés, enregistrer leurs bagages et les acheminer sur les quais avant le départ. Le chef de gare, quant à lui, donne le signal du départ, ici pour un train de grande ligne composé d’une locomotive à vapeur et de voitures à voyageurs à portières latérales type Ty EST. Le train parti, c’est au tour des agents en charge de la sécurité de la circulation ferroviaire d’entrer en action tout au long du parcours : aux différents postes d’aiguillage, aux passages à niveau, à l’entretien des implantations de signaux, au moment de la pose des voies, de leur entretien. Le paysage défile au rythme du train, croisant le poste d’aiguillage no 3 de Saint-Lazare et, plus tard, un portique sur lequel un agent du service Électricité et Signalisation travaille à l’entretien des signaux. Sur le parcours, des agents de la voie travaillent sur le rail conducteur d’électricité dit « 3e rail » pour les automotrices électriques de banlieue. Enfin Le train arrive en gare et un « chef de sécurité » surveille les essieux d’une voiture type Nord BDyi 7543 pour prévenir tout risque de surchauffe. Le service voyageurs, c’est aussi, dans les voitures de 1re classe, les serveurs en livrée blanche, plateau à la main, qui s’empressent autour des passagers tandis que le contrôleur vérifie les billets et que le chef de train, dans son fourgon, rédige son journal de bord. Les conducteurs ont eux aussi leur rôle à jouer : qu’il s’agisse du chauffeur et du mécanicien d’une locomotive à vapeur de type 231, du conducteur d’un automoteur Z1400 illustrant la traction électrique ou d’un autorail XF1000 aussi appelé TAR (Train automoteur rapide). L’infinie variété des métiers participe à l’excellence de la SNCF. Dans les coulisses du transport ferroviaire : une gare de marchandises et son trafic virevoltant, un vaste dépôt de locomotives à vapeur, les parcs à charbon avec leurs ponts roulants qui servent au transbordement du combustible, le triage des wagons et ses faisceaux de voies. L’activité dans les bureaux participe également au bon fonctionnement des chemins de fer. Le travail de planification du trafic est assuré par des ingénieurs, penchés sur de grandes feuilles de graphique, crayon et règle à la main et téléphone collé à l’oreille tandis que l’employé en charge de la régulation du trafic suit son évolution depuis un poste spécialement équipé. Les bureaux d’études sont occupés par des dessinateurs industriels concentrés sur leur plan de matériel ou d’ouvrage d’art. Dans les ateliers de réparation des ouvriers déplacent de lourds essieux. Ils s’activent à réparer une locomotive, ou à déplacer un pont roulant transportant le châssis d’une locomotive qui est ensuite placé en position. Dans les laboratoires scientifiques, les chercheurs en blouse blanche, entourés de tubes à essais, mènent des recherches sur les matières premières, une femme teste un nouveau système de levier d’aiguille. Les emplois administratifs nécessitent eux aussi des compétences particulières avec l’exemple des opératrices-mécanographes de la comptabilité. La mécanographie est également présente dans les vastes bureaux en charge de toutes les statistiques de l’entreprise. Pour répondre à la diversité des métiers représentés à la SNCF, une méthode de recrutement basée sur le principe « Un homme, un métier » a été mise en place, assortie de tests psychotechniques adaptés. Un graphique animé explique les fondements de la psychotechnique qui passe par l’observation précise des qualités nécessaires pour exercer chacun des métiers. On suit ainsi un chauffeur et son mécanicien qui préparent leur machine au dépôt, une locomotive vapeur type Nord 231. La locomotive file ensuite dans la banlieue, dépasse la gare d’Achères, passe dans un tunnel, franchit un pont métallique sur la Seine. Le mécanicien est à son poste, attentif, il surveille et règle la machine tandis que son chauffeur l’assiste. Un aiguilleur, à son poste de travail, sous les ordres de son chef de poste, illustre également la démonstration et l’étude des métiers. Ainsi le test dit « de pointage » permet d’identifier les capacités d’un candidat à exercer le métier de conducteur ou d’aiguilleur en mesurant son aptitude à ajuster des mouvements précis en un temps mesuré. Un graphique animé synthétise les résultats avec une « courbe en ogive de Galton ». Un test de compréhension où les candidats doivent répondre à des consignes énoncées rapidement est en relation avec le métier de vendeur de billets, la capacité à reproduire une suite de chiffres est précieuse pour l’aiguilleur qui reçoit ses ordres par téléphone ou pour l’opératrice de machine à statistiques. Chaque test a donc son application concrète : le test de réaction à de stimuli auditifs, le test dit « des tourneurs », le test du traçage, le test d’attention concentrée, celui d’attention mesurée. Un candidat se soumet à un test sur un appareil qui rappelle un poste d’aiguillage pour mesurer ses réactions au stress provoquée par une situation inattendue. Ce test fait partie des épreuves physiologiques dont les résultats sont mesurés et analysés avec un cardiogramme. On mesure également l’émotivité des candidats à l’aide d’un piézographe. L’épreuve pour le candidat consiste à tirer à la carabine en laboratoire. L’analyse des résultats de ces tests permet de déterminer si un candidat est apte ou non à exercer une profession précise. L’objectif de tous ces tests d’aptitudes aux métiers des agents SNCF est de garantir la sécurité des personnels et donc des voyageurs et la bonne corrélation entre un agent et un métier.
Mots-clés
Crédits

SARDO MEDIATHEQUE SNCF

En utilisant des documents publiés sur Open Archives vous vous engagez à accepter les CGU et à indiquer les crédits du documents tels que mentionnés ci-dessus.

Typologie - Description technique
Vidéo
MP4 22 min 32 sec
Date
[1937]
Producteur(s) - Origine
Le Comptoir Français du Film Documentaire - SNCF
Lieu de conservation
SARDO MEDIATHEQUE SNCF

Télécharger l'archive :

Partager :