Naissance d'une locomotive

Thèmes
Description
C’est à Nantes qu’est implantée la plus jeune usine française de construction de locomotives, la Compagnie générale de construction de locomotives Batignolles-Châtillon. Puissant ensemble de moyens de production moderne, elle compte sept ateliers et un hall central de montage de 150 mètres de long. Du moulage des pièces au montage final, toutes les étapes de fabrication d’une 141 P sont réalisées avec méthode et précision. Pour répondre aux besoins énergétiques des différentes activités, l’usine est équipée de stations centrales distribuant l’énergie nécessaire sous toutes ses formes (oxygène, gaz, air comprimé, électricité). Atelier de moulage et fonderie : fabrication des moules, qui, à la fonderie, recevront le métal élaboré dans le cubilot. Atelier des châssis : les éléments du châssis (longerons, caisson d’attelage, entretoises) sont assemblés facilement sans retouche grâce à la précision des opérations d’usinage, précision obtenue grâce aux contrôles menés au laboratoire de métrologie. Atelier de mécanique générale : des aléseuses et des fraiseuses ont été spécialement conçues pour travailler avec une grande exactitude de grandes pièces métalliques. Atelier de montage des essieux : les essieux sont montés dans des plans verticaux parallèles entre eux. Chaque glissière est placée parallèlement à l’axe du cylindre et définit avec lui un plan vertical perpendiculaire aux essieux. Ces conditions dites de "carrément" sont vérifiées à l’aide de fils métalliques matérialisant les axes des essieux et du cylindre puis par méthode optique. Atelier de chaudronnerie : 40 tonnes de tôles d’acier sont nécessaires à la construction d’une chaudière. Un contrôle permanent et des mesures sont effectués au laboratoire d’essais mécaniques où sont testées sur éprouvette les opérations réalisées en atelier. Les soudures sont vérifiées par radiographie. Les tirants de la boîte à feu sont exécutés avec soin dans un atelier spécialement équipé à cet effet. Atelier de montage général : les pièces de la chaudière une fois assemblées, celle-ci est installée sur le châssis. Les tôles d’enveloppage finissent d’habiller la locomotive, ainsi que le montage des appareils de contrôle et de conduite. Atelier de mécanique : c’est ici qu’est réalisé l’usinage des trains de roues et le tournage des essieux droits et coudés. Atelier de forge : dans un synchronisme parfait, des équipes de trois forgerons transforment une tonne d’acier en une bielle. Traitement thermique et usinage parachèvent sa réalisation. Même traitement de forgeage et de régénération pour les coulisses. Atelier de montage général : grâce à un système de treuil et de pont roulant, la locomotive est placée sur les essieux. Les pistons sont posés après la mise en place des bielles motrices et d’accouplement. Le bogie-bissel est installé en fin de montage. Après avoir vérifié les freins et fait le plein en eau et en charbon, la 141 P nouvellement créée effectue ses premiers essais en ligne.
Mots-clés
Crédits

SARDO MEDIATHEQUE SNCF

En utilisant des documents publiés sur Open Archives vous vous engagez à accepter les CGU et à indiquer les crédits du documents tels que mentionnés ci-dessus.

Typologie - Description technique
Vidéo
MP4 45 min 52 sec
Date
[1952]
Producteur(s) - Origine
Section Centrale Cinématographique SNCF - SNCF
Lieu de conservation
SARDO MEDIATHEQUE SNCF
Lieux
NANTES

Télécharger l'archive :

Partager :